Élections présidentielles truquées

I- Des parrainages anti-démocratiques :

Quand on voit que Macron, à la date du 1e mars 2022, sans s’être déclaré candidat, a 1544 parrainages, on se dit qu’il y a quelque chose de pourri en République de France. Rappelons que le score LREM aux municipales était de 2 %. De plus selon une information du Canard Enchaîné, des 418 000 militants  inscrits à En Marche en 2017,  il n’en reste plus que 20 000 aujourd’hui.

Florian Philippot a jeté l’éponge après n’avoir récolté qu’un seul parrainage. Pourtant son parti Les Patriotes a 35 000 adhérents, d’après le journal Marianne, soit quinze mille de plus que le parti présidentiel. François Asselineau n’en a obtenu que 247, ce qui signifie qu’aucun des deux seuls candidats pro-Frexit ne sera en mesure de se présenter. Avec l’élimination d’Asselineau et de Philippot, c’est plus de 40% des Français qui ne seront représentés par aucun des candidats en puissance.

Cerise sur le gâteau, Anasse Kazib qui ne représente qu’une poignée de personnes (même le NPA n’en a pas voulu) obtient quand même 150 parrainages. Cela en dit long sur la “démocratie” française. Surtout quand on sait que les témoignages tendant à prouver que les élus ont subi des pressions pour ne pas parrainer tel ou tel candidat sont légion.

Mélenchon a eu du mal à récolter ses 539 parrainages , Valérie Pécresse en a récolté 2269 alors même qu’elle ne cesse de se ridiculiser. Rappelons qu’il est prouvé que le chien Douglas compte au nombre de ses adhérents. D’après Libération, la primaire LR aurait été frauduleuse : de nombreux adhérents encartés au parti seraient décédés ou s’apparenteraient à la gent canine.
Ce qui est inquiétant, c’est que la fraude avérée n’a absolument rien changé à sa candidature. Comment peut-on accepter qu’une potentielle future présidente ait débuté sa campagne sur de la fraude et que son nom soit entaché par la vente d’Alstom sans que nul n’y trouve à redire?

  Et que dire de tous ces petits candidats qui n’ont aucune chance de se retrouver au 2e tour, mais qui ont obtenu leurs parrainages haut la main ?

  • Anne Hidalgo 1226 parrainages
  • Yannick Jadot 615
  • Fabien Roussel 593
  • Jean Lassalle 579
  • Nathalie Arthaud  562

Donc pour résumé :  un non-candidat (qui a instauré l’apartheid en France, se prend pour le président de l’Europe et le chef de l’Otan) et une candidate (élue à la primaire de son parti par des défunts et un chenil) ont plus de chances de gagner l’élection présidentielle que des candidats qui font salle comble à chacun de leurs meetings.

Et plus les parrainages d’un candidat sont nombreux, plus faible est leur réelle influence sur la population.

II- Macron

Macron n’est pas en campagne, ne fait pas campagne, et pour tout dire se moque éperdument de faire campagne. Sa stratégie, comme il l’a définie si bien lui-même, est d’emmerder les Français (non-vaccinés d’abord, plus tous les autres ensuite). Pourtant les sondages le donnent gagnant lors des élections présidentielles. Bizarre.

Mais peu à peu, l’idée fait son chemin selon laquelle les élections pourraient être repoussées sine die du fait de la guerre en Ukraine. Au nom de “l’unité nationale” on pourrait laisser Macron en place et reporter à une date ultérieure non précisée les élections. Christophe Barbier ne dit pas autre chose.

Macron lui-même a évoqué la guerre en Ukraine comme une guerre qui serait la nôtre et aurait vocation à perdurer : “La guerre est revenue en Europe. De manière certaine, il y aura des conséquences. Si je devais vous livrer une conviction ce matin, c’est que cette guerre durera. Mais l’ensemble des crises qu’il y aura derrière auront des conséquences durables” , a-t-il déclaré à l’ouverture du Salon de l’Agriculture.

Non content de donner 300 millions à l’Ukraine pour une cause qui ne nous regarde pas, Macron attise les flammes. Il ne semble souhaiter qu’une chose : nous entraîner dans un conflit avec la Russie, ce qui lui permettrait d’instaurer la loi martiale. Quand Bruno Le Maire, ministre de l’Économie,  menace : “Nous allons livrer une guerre économique et financière totale à la Russie“, on en tombe des nues. De quel droit cet homme qui a très largement contribué à ruiner l’économie française, se permet-il de menacer la Russie ? Et comment se fait-il que Macron ne l’ait pas recadré?
Voudrait-il une guerre “totale” contre la Russie qu’il ne s’y prendrait pas autrement.

Jérôme Sainte-Marie, le politologue et président de l’institut Pollingvox, le dit aussi avec plus de diplomatie quand il s’exprime sur Europe 1 :

“Pour  le candidat Macron, ( la guerre en Ukraine)  c’est une aubaine,  ça gèle le débat de la présidentielle  au moment où allaient être abordés des dossiers sur lesquels il aurait pu être en difficulté, des questions relatives à l’industrie, au pouvoir d’achat, la santé ou aux retraites. Tout cela devrait lui être épargné durant quelques semaines…”

           III- Des élections biaisées

Il faut se rendre à l’évidence : aucun des 5 candidats en tête des sondages (Macron, Zemmour, Pécresse, Mélenchon, Le Pen) ne parle de sortir de l’Europe, seul moyen pour retrouver un peu de souveraineté et de dignité.

L’Europe, qu’on nous a présentée comme le rempart à toute guerre sur notre sol, est en train par le biais de Ursula Von der Leyen, présidente de la Commission européenne, de nous mener tout droit à une 3e guerre mondiale si l’on n’y prend pas garde. Elle a en effet décidé toute  seule d’empêcher les médias pro-russes de s’exprimer. Ce n’est pas la grande nuit des autodafés nazis à Berlin mais on s’y rapproche :  “Nous allons interdire la machine propagandiste du Kremlin. Les médias russes Russia Today et Sputnik n’auront plus la possibilité de mentir et diviser l’UE”. Ces médias-là ne divisaient personne ; ils étaient encore les seuls à informer.

Quand on regarde d’un peu plus attentivement les promesses des 5 candidats les mieux placés, on se dit que les élections sont biaisées : ils ne nous représentent pas. Je ne parlerai même pas de Macron avec ses 2% et ses 20 000 adhérents, non plus que de Marine Le Pen qui a eu sa chance en 2017. J’ai déjà eu l’occasion de parler de Pécresse avec ses électeurs fantômes et ses remarques débiles, pour qui “avec ses 246 variétés de fromages, il y a plus de fromages en France que de jours dans l’année.” C’est sûr qu’on n’est pas sortis de l’auberge. Avant de saisir en main les destinées de la nation, il serait bon qu’elle arrive déjà à acquérir les rudiments scientifiques. Ceci dit, elle n’est pas aussi stupide qu’elle le laisse entendre. La vente de notre fleuron Alstom à l’américain General Electric n’a pas profité qu’au seul Macron. Les Pécresse en ont largement profité aussi.

 

 

Ne restent donc que Mélenchon et Zemmour.

Je ne m’étendrai pas sur Zemmour : il fascine ou il divise. Mais au-delà des sentiments qu’il suscite, il est certain qu’il ne mettra pas le système en danger. Quand je l’entends dire qu’il verrait bien Valérie Pécresse en 1e ministre (même si c’est dit sur le ton de la plaisanterie) ou quand il propose Sarkozy comme médiateur de l’Europe pour tenter de négocier la paix en Ukraine, on se dit qu’il est dans la bonne lignée de la 5e République. Depuis quand Sarkozy, le liquidateur de la Libye, serait-il devenu un émissaire de paix international sérieux ? Comment même peut-on songer à recommander Sarkozy ? Et comment peut-on imaginer Pécresse autrement que devant les tribunaux quand on a à cœur les intérêts de la nation ?

Et puis que dire de son soutien inconditionnel à l’Ukraine ?  Il est de fait que François Asselineau a une vision très nettement supérieure de la situation que celle qu’offre Zemmour :

 

Enfin vient Mélenchon.

Je m’abstiendrai de dire tout le peu de bien que je pense de lui en tant que député de la 4e circonscription de Marseille. Car au fond, il s’est parachuté à Marseille pour continuer sa carrière politique. Mais il est aux abonnés absents depuis bien longtemps. Toutefois ceci étant une opinion personnelle, regardons cette vidéo :

  1. D’abord il ment : non, il n’a pas voté contre le pass vaccinal car il était absent de l’Assemblée Nationale lors du vote ce jour-là.
  2. Il n’est pas pour l’obligation vaccinale car l’OMS a dit que c’était contre-productif. Sachant que le premier financier de l’OMS est Bill Gates qui finance également Pfizer, on peut s’inquiéter de la remarque, surtout quand tout de suite après Mélenchon affirme : “Si cette vaccination était obligatoire, comptez sur moi pour vous courir derrière pour que vous soyez vaccinée.” L’assertion est grave car en tant que président il a le pouvoir de rendre la vaccination obligatoire.
  3. Il n’a pas tort de dire que l’élevage intensif provoque des épidémies. Cependant, le Covid s’est échappé d’un laboratoire P4, pas d’un élevage intensif. Ne pas le souligner revient à nier la chose. Et à nier le fait que ce virus a été trafiqué intentionnellement.
     


IV- des élections tout bonnement truquées ?

Je laisse à chacun de regarder cette petite vidéo pleine d’humour et de bon sens, tournée après les élections présidentielles de 2017.  Je crois qu’il a raison sur plus d’un point. Il est facile de traficoter le résultat des élections (sans même parler de votes électroniques ou de votes par correspondance). Il suffit dans les grandes villes qui ont plusieurs bureaux de vote de faire remonter un chiffre erroné lors de la centralisation des décomptes car les responsables du bureau de vote A n’ont pas accès aux résultats du bureau de vote B, C ou D ce qui rend la triche beaucoup moins décelable. Une autre possibilité est aussi de compter une partie des bulletins blancs comme bulletins pour le candidat M.. Bien sûr il faudrait qu’il y ait des gens corrompus pour accepter de tremper dans l’affaire mais ce ne doit pas être difficile à trouver.

France. Election présidentielle truquée?

Enfin, il y a ce que j’écrivais moi-même concernant les pouvoirs divinatoires du Parisien lors des élections européennes. A lire ici.

Mais pour autant, j’en reste à mon impression première. Le moyen le plus facile qu’aurait Macron de garder le pouvoir serait tout simplement de déclarer la loi martiale pour cause de guerre contre la Russie. Tous ses discours vont dans ce sens. Et l’on comprend mieux pourquoi Poutine lui a décerné un accueil aussi humiliant : Macron se posait en conciliateur officiellement alors même qu’il fomentait la guerre en sous-main.

Laurence Esbuiée, le 2 mars 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code