Peace, câble sous-marin inquiétant?

Le 21 octobre 2021, les promeneurs – dont j’étais – furent étonnés de voir que des travailleurs anglais semblaient avoir pris possession de la plage de Bonneveine à Marseille, au niveau du poste de secours n° 8.

Ils ne parlaient pas français ce qui rendait la communication malaisée avec les locaux mais par chance, je parle l’anglais et n’eus donc aucun mal à comprendre qu’ils travaillaient pour une société américaine, SubCom, qui installait sous la baie un câble Internet reliant Mumbai, en Inde aux USA.

Je suis allée sur le site de SubCom qui n’est qu’un long panégyrique de leurs nombreux atouts : « leader de l’industrie du câble sous-marin » « expertise maritime » etc.

Et bien que je ne comprisse pas pourquoi un câble reliant les USA à l’Inde devait passer par Marseille, je ne creusais pas plus avant la question.

Sauf que hier, un an plus tard, le 1e novembre – jour férié comme chacun sait – je fus désagréablement surprise de voir la plage Bonneveine à moitié éventrée et une grue de chantier en action, avec des tuyaux un peu partout. Ceux qui travaillaient là étaient des Italiens.

 

Il semblerait qu’en France, on manque de personnel qualifié puisque nous sommes obligés de les faire venir de l’étranger.

Je demandais à un plongeur quel était leur travail. De mauvaise grâce, il me répondit dans un français chantant « que c’était un câble Internet pour la société Alcatel. »

Bizarrement, il n’y avait aucun panneau de chantier indiquant ce qui est en train d’être fait. Rien. Un peu comme si on nous permettait encore de bronzer au soleil pourvu qu’on le fît en silence.

 

L’un des seuls articles sérieux que j’ai pu lire vient de La Croix  qui explique que c’est un câble qui reliera surtout l’Europe à la Chine via le Pakistan et est financé par les Chinois.

PEACE, acronyme de « Pakistan and East Africa Connecting Europe », est un projet de câble sous-marin en fibre optique long de 12 000 kilomètres financé en grande partie par la Chine qui veut en faire une « route de la soie numérique ».

Je ne sais pas pourquoi mais l’idée que Marseille se retrouve sur la nouvelle route de la soie n’est pas une bonne nouvelle.

J’ai vu que près de 99 % du trafic total sur Internet est assuré par les lignes sous-marines contrairement à une idée reçue selon laquelle les communications Internet sont assurées par satellite.

D’après un article de 20 minutes « couper des câbles souterrains est une technique de guerre éprouvée ».

En cas d’attaques, la France est impuissante à y faire face.

Mais de nos jours, la plus grande crainte est celle de l’espionnage.

Le câble sous-marin, un nid d’espions ?

Selon l’article précédemment cité « Ainsi, la commune de Lège-Cap-Ferret (33), en bordure du Porge où va être construit le local d’interface entre le câble franco-américain “Amitié” est-elle devenue ces derniers temps un véritable nid d’espions, selon des sources informées. »

Alors qu’en est-il de notre sécurité nationale ?

Petit retour en arrière. En juin 2020, l’administration américaine de Trump avait arrêté la construction du premier câble internet sous-marin reliant directement les États-Unis à Hong Kong, pour des « raisons de sécurité nationale ». En cause, une crainte que les autorités chinoises n’aient accès aux données qui transiteraient par ce câble.

Alors voilà, et si « Peace » qui porte mal son nom n’était que la porte d’entrée du Crédit Social à la chinoise ?

Oui, je sais. Complotisme. Mais bon, vu que les « complotistes » se révèlent avoir eu raison face à la vax, on est en droit de se poser la question. Et si toutes nos communications risquaient d’être acheminées vers Pékin, qu’en résulterait-il ?

Une chose est certaine. La Chine ne dépense pas des milliards pour notre bien-être. Il serait peut-être temps de s’en inquiéter.

L. Esbuiée, le 2 novembre 2022

(2 commentaires)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *